• Image 01
  • Image 02
  • Image 03
  • Image 04
  • Image 05
  • Image 06

la compagnie dans l'arbre

Théâtre contemporain pour la jeunesse

création 2023

Tout public dès 14 ans

Cataclysme

Où est la frontière entre vérité et croyance ? Deuxième volet de notre recherche sur notre rapport aux médias et à l'information, Cataclysme fait se rencontrer 4 femmes de générations différentes autour de ces questions.

les créations en tournée

Alerte Blaireau dégâts

Création pour espaces non-dédiés - dès 14 ans

Alerte Blaireau dégâts

Premier volet de notre dyptique sur les médias, Alerte Blaireau dégâts est le monologue d'un jeune lanceur d'alertes sur Youtube.

Like me

Spectacle immersif en piscine

Like Me

Un champion d’apnée. Des casques. Des pas dans le pédiluve. Une noyade. Des voix adolescentes. Un casier qui claque. Une vidéo virale. Un puzzle à reconstituer.
Jusqu’où est-on prêt à aller pour sauver son image ?

la compagnie

Située à Lille, la compagnie dans l'arbre s'est fondée autour des sensibilités communes des deux artistes Pauline Van Lancker et Simon Dusart. Ensemble, ils construisent un théâtre actuel, au croisement de l'intime et de l'universel. Mêlant l'écriture contemporaine à un théâtre visuel, ils affirment la volonté de creuser un langage poétique ouvert à tous.

Découvrez l'univers de la compagnie

Pour participer, rien de plus simple. Il vous suffit de nous envoyer votre texte, accompagné d'un titre et du nom de l'auteur.e, à l'adresse suivante : contact suivi de @lacompagniedanslarbre.fr.

C'est à vous !

Résidence au Grand Bleu - Lille (59)

Carnet de bords de bassin #3

Nous avons retenu notre respiration pendant plusieurs mois, échangé, discuté, réfléchi avec nos partenaires, repensé trois ou quatre fois les plannings.  

Mais cette fois c’est sûr : la création de Like Me aura bien lieu en novembre 2020, à la piscine Maurice Thorez de Montreuil (93), en partenariat avec la Ville et le théâtre Berthelot.  

Une fois cette date posée, nous avons enfin pu reprendre notre souffle. Et plonger à nouveau. 

 

Retrouver de l’air. La semaine dernière nous avons donc repris le chemin des répétitions, au Grand Bleu à Lille. Pas simple de remettre la machine en route quand elle a été si longtemps à l’arrêt. Alors nous nous sommes penchés sur la dernière version du texte de Léonore. Texte lu, relu et décortiqué : chaque scène a été passée en revue pour que la frontière entre le réel et la fiction soit la plus ténue possible. La particularité et la complexité de ce projet résident dans la recherche d’un ton juste et d’un jeu crédible alors que le personnage falsifie la vérité. 

 

Ressentir les battements de cœur. Après plusieurs essais et de longues réflexions, l’installation technique est maintenant quasiment aboutie. Le travail de composition musicale de Xavier se poursuit. Battements de cœur percussifs, nappes musicales qui se déstructurent au fil du parcours, voix intérieure du personnage mêlée aux bruits de l’eau, l’univers sonore se précise et se densifie. 

 

Chercher l’oxygène. Clémentine, l'instructrice qui a commencé à transmettre à Simon les bases de l’apnée, nous a parlé diving reflex, état méditatif, poids constant, mise en condition, skandalopetra et exercice de la carpe. Elle continuera à accompagner Simon tout au long de la création pour l’aider à se familiariser avec cette pratique si particulière. 

 

Inspirer et faire des choix. Nous avons regardé des vidéos, échangé des références cinématographiques, cherché le costume idéal, se posant des questions aussi essentielles qu’inhabituelles (Quelle coupe de maillot de bain raconterait au mieux le personnage ?). 

Petit à petit, les contours du personnage de Simon Volser se dessinent.   

 

Rendez-vous après l’été pour reprendre les répétitions et – on l’espère – retrouver l’humidité et la chaleur des piscines ! 

 

Extrait du texte de Léonore Confino

Simon Volser, ancien champion d’apnée :

A partir de 35 mètres, l’air est tellement comprimé dans mon corps, que je chute comme une pierre. Avec la pression, mes poumons ressemblent à deux balles de ping pong … je suis un condensé de moi-même.

Battements de cœur forts.

Il ne parle plus, mais sa voix intérieure se prolonge par un chuchotement dans le casque pendant qu’il enfile sa combinaison dans des gestes mesurés :

Chaque minute compte. Je dois accepter la pression, la faire mienne. Tenir, le plus longtemps possible. Je tiens mes organes dans mes mains, je dicte mes règles, je suis un conquérant de l’impossible, je pense aux alpinistes qui touchent le ciel, aux cosmonautes qui défient l’espace, aux pompiers qui traversent le feu (Il attrape une pierre ronde, qui permet aux apnéistes de peser dans l’eau), j’appartiens à la caste des surhommes, de ceux qui jouent aux cartes quand tout explose, et pour gagner la minute ultime, cette minute impossible qui torpille tous les scores, j’appelle mon enfance, je caresse gentiment la joue de ceux qui m’ont maintenu la tête sous l’eau, et d’une seule main, j’appuie fermement sur leur visage, jusqu’au sol, jusqu’à les enfermer sous un grand lac droit et gelé, et je marche, pieds nus, surpuissant et tellement cool, bercé par le tam-tam de leurs petits poings qui tapent à l’aide sous la glace.

Il prend une immense bouffée d’air.

Allez vous faire foutre, moi je suis du bon côté et j’y reste.

Retours d'ados

En octobre dernier, nous proposions à une classe de 3ème du collège de La Morinie à Saint Omer (62) de suivre une répétition publique. Voici leurs retours, quelques semaines plus tard.
 
Nous n'avons pas l'habitude de devoir nous déplacer lors d'un spectacle, surtout pas dans une piscine municipale ! On se sentait vraiment dans l'histoire car l'acteur était tout proche de nous et nous posait des questions.
Erwan


C'était sincèrement intéressant car ça touchait les gens. On était pratiquement un élément du spectacle ! Il y avait pourtant des moments gênants qui pouvaient mettre mal à l'aise. Malgré tout, une bonne occasion de faire réfléchir.
Camille
Ce que j'ai apprécié, c'est d'être dans la scène avec le personnage plutôt que d'être devant un écran ou une scène. On